Toulouse : une agression « antifasciste » passée sous silence

1

Jeudi 30 janvier en fin d’après-midi sur la place Saint-Pierre de Toulouse, des militants Front national se sont fait agresser par une vingtaine d’antifascistes.

Serge Laroze, tête de liste du FN à Toulouse pour les élections municipales, tenait un meeting au bar Basque en compagnie de ses colistiers et d’adhérents. Sans l’intervention des CRS, les conséquences auraient pu être graves car les agresseurs étaient venus devant le bar pour empêcher la tenue de cette assemblée, bloquant ainsi toute la circulation du quartier.

Ce jour-là, la plupart des antifascistes avaient le visage masqué, capuche ou demi-cagoule. Deux de leurs militantes, quasiment hystériques, ont scandées des paroles de haine à l’attention des militants nationalistes. Entre deux averses, il plut un florilège d’insultes gratuites. On put distinguer derrière leur verbiage simiesque quelques expressions bien choisies : « Mais voyagez, putain ! », « y a trop de gens de couleur en prison », « pleins d’autres qui ramassent votre merde, c’est ça votre démocratie ? ». Une sorte de Jour de colère à l’envers. De l’autre côté, le FN attendit patiemment que le crachin passe.

Quelques étudiants ainsi qu’un jeune membre du NPA (incognito, mais reconnu par des témoins) regardaient la scène de loin, sans réaction. Symbole d’un parti à la dérive, perdu entre radicalité antifasciste et populisme démago mélenchonnien [1]…

Cet événement sera passé complètement inaperçu dans les médias locaux, mis à part sur le blog Capitole14 [2].

La manipulation d’un fait divers tragique, à savoir la mort accidentelle de Clément Méric le 5 juin 2013, aura suffi à redonner de la vigueur à ce combat d’arrière-garde. À force de voir le fascisme partout, comme leur ami Manuel Valls, nos amis en perdent le vrai sens du combat antifasciste de ce début de XXIe siècle : la lutte contre le pouvoir oligarchique et financier. Les vrais antifascistes aujourd’hui sont les patriotes qui luttent pour préserver leur emploi, leur qualité de vie, leur identité. La liberté d’expression, c’est savoir laisser la parole à ses adversaires et non pas la leur interdire, ce qui est un acte fasciste. Encore un point commun avec Manu, leur protecteur sioniste ; ça fait beaucoup.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s