En Europe, il y a deux fois plus de logements vacants que de SDF

Dans un immeuble vide réquisitionné par les associations Jeudi noir et Droit au logement, en janvier 2013 à Paris. (AFP PHOTO / FRED DUFOUR)

Dans un immeuble vide réquisitionné par les associations Jeudi noir et Droit au logement, en janvier 2013 à Paris. (AFP PHOTO / FRED DUFOUR)

Plus de 3,4 millions en Espagne, plus de 2 millions en France et autant en Italie, 1,8 million en Allemagne, plus de 700 000 au Royaume-Uni, sans compter l’Irlande, la Grèce, le Portugal… Au total, ce sont 11 millions de logements qui demeurent vides en Europe, selon les calculs du Guardian relatés dans un article du quotidien britannique dimanche 23 février. Ce serait assez pour offrir à chaque personne sans domicile fixe du continent deux logements. Il y a en effet, dans l’Union européenne, quelque 4,5 millions de personnes sans logis.

« Beaucoup de ces logements se situent dans de vastes complexes pour vacanciers, construits pendant le frénétique boom immobilier qui s’est poursuivi jusqu’à la crise financière de 2007-2008 — et n’ont jamais été habités », relève leGuardian. Beaucoup d’investisseurs en ont acheté sans la moindre intention d’y habiter. Et des centaines de milliers de logements ont même été abandonnés ou détruits avant que leur construction ne soit achevée, pour tenter de faire monter les prix des propriétés existantes, selon le quotidien.

En Espagne, par exemple, le nombre de logements vacants équivaut à 14 % des propriétés, et a augmenté de 10 % lors de la dernière décennie. Entre 2004 et 2008, les prix de l’immobilier ont augmenté de 44 %, et les promoteurs ont construit plus de 800 000 logements par an. Dans certaines stations de vacances, comme à Torre-Pacheco, sur la côte sud-est de l’Espagne, plus du tiers des logements sont encore vides cinq ans après le pic de la crise financière. The Guardian cite notamment l’exemple de la résidence Polaris World, comprenant 2 650 appartements et un terrain de golf, achevée au moment où éclatait la crise, et où les propriétaires se démènent aujourd’hui pour revendre leur bien moitié moins cher qu’ils l’ont acheté.

Bref, comme le résume une membre de l’association espagnole pour l’accès au logement Provivienda, il y a « trop de personnes sans logement et trop de logements sans personne ». Et l’équation vaut au niveau européen. Le mois dernier, relève le quotidien britannique, les députés européens ont adopté par 349 voix contre 45 une résolution demandant à la Commission européenne de « développer une stratégie européenne sur le problème des personnes sans domiciles fixes sans délai ».

Source

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s